Lancement d'entreprise

Pourquoi
démarrer une
coopérative?

Selon Myriam Michaud, entrepreneure du milieu coopératif, démarrer une coopérative vient avec plusieurs avantages, mais nécessite une vision de l’entrepreneuriat qui dépasse la simple quête de profits.

Pour savoir si l’on veut démarrer une coopérative, il est important de bien connaître les principales différences entre le modèle coopératif et le modèle traditionnel des entreprises privées. Selon Myriam Michaud, ces différences peuvent être réduites à deux principes fondamentaux.

01 Une coopérative est une propriété collective.
Il n’existe donc pas d’actionnaires ou de propriétaires uniques qui font personnellement de l’argent proportionnellement aux revenus de l’organisation. L’entièreté des profits est redonnée aux membres sous forme de ristournes ou est réinvestie dans des services, des produits ou des projets de la coopérative.

02Le pouvoir décisionnel d’une coopérative appartient aux membres.
Ce pouvoir n’est pas concentré dans les mains de celui ou de ceux qui possèdent le plus de capital, mais est distribué à tout le monde également. En d’autres mots, c’est une démocratie davantage qu’une dictature.

Myriam souligne que, théoriquement, une entreprise privée traditionnelle pourrait suivre ces deux principes, mais qu’en pratique, cela arrive rarement.

« Un patron pourrait très bien décider d’investir la totalité de ses profits en avantages sociaux et en améliorations de produits et services. Il pourrait aussi consulter tous les employés lors de ses prises de décisions stratégiques, en donnant à leurs points de vue un poids égal au sien. Mais ce modèle a plus de chances de se réaliser s’il est inscrit dans les statuts de l’organisation, dans son squelette », souligne-t-elle.

Les coopératives au Canada

10 000 coopératives
160 000 emploies
15 000 000 de membres

Quels sont les avantages d’une coopérative?

Un des plus grands avantages pour une coopérative est d’être proche de ses membres et utilisateurs, explique Myriam.

« Plus tu gardes une proximité avec tes clients, plus tu risques de répondre à leurs besoins efficacement. L’entreprise privée permet elle aussi d’être proche de ses clients, mais avec une coopérative, tu vas un peu plus loin de manière naturelle. La proximité de la clientèle fait partie de l’ADN d’une coopérative, parce que son capital, ce sont ses membres, et que les décisions sont prises par eux. »

Taux de survie des entreprises au Québec

Autre avantage du modèle coopératif : les prises de décisions stratégiques tiennent plus naturellement compte d’une multitude de points de vue. Combien d’entreprises ont-elles échoué parce qu’un patron trop confiant s’est entêté à prendre de mauvaises décisions?

Cet élément peut toutefois être difficile à vivre pour la créatrice ou le créateur d’une coopérative, souligne Myriam.

« Quand j’ai démarré ma première coopérative, mon principal défi a été de laisser du leadership à d’autres personnes. Quelqu’un qui démarre sa propre coopérative avec une bonne idée doit accepter de perdre la propriété de cette idée. D’un autre côté, les membres fondateurs doivent être capables de prendre la responsabilité de l’idée. »

Pourquoi les coopératives naissent-elles?

Les coopératives naissent souvent d’un problème, d’une insatisfaction ou, plus généralement, d’un besoin exprimé par plusieurs personnes. Lorsque Myriam Michaud a commencé à s’investir dans le milieu coopératif, il y a de cela près de 10 ans, c’était précisément en raison d’une insatisfaction à l’Université Laval.

« Je trouvais dommage que des étudiant(e)s versent quotidiennement de l’argent à une multinationale pour de la nourriture de mauvaise qualité, alors que cet argent aurait pu être investi dans la communauté universitaire. J’en suis donc venue à démarrer un café étudiant, puis à devenir administratrice de la Coopérative des cafés étudiants. »

Myriam souligne qu’une des coopératives les plus populaires au Québec et en Ontario, Desjardins, est elle aussi née d’un problème et d’une insatisfaction.

« Au début du 20e siècle, les citoyens ordinaires étaient incapables d’obtenir de l’épargne ou du crédit. Et même s’ils arrivaient à obtenir un prêt, ils savaient bien que leur argent ne reviendrait pas à la communauté. Ils ont donc choisir de créer une coopérative ».

Finalement, des coopératives naissent aussi lorsque plusieurs entrepreneurs décident de s’unir afin d’acheter ensemble de l’équipement dispendieux, comme c’est souvent le cas des coopératives agricoles.

Saviez-vous que?

Alphonse Desjardins a commencé à se renseigner sur les coopératives après avoir entendu parler d’un Montréalais condamné à payer des frais d’intérêt de 5 000 $ sur un emprunt initial de 150 $.

Comment démarrer sa coopérative?

Pour démarrer une coopérative, il est nécessaire d’être au moins trois personnes et de constater un besoin collectif. Au Québec, la première chose à faire est d’aller voir la coopérative de développement régional de sa région administrative (Centre-du-Québec, Montréal-Laval, Outaouais, etc.). Ces organismes existent pour accompagner les personnes inexpérimentées dans leurs démarches légales, leur plan d’affaires et leurs études de marché.

« Les CDR sont des incontournables pour les personnes intéressées à démarrer une coopérative. En plus de fournir un accompagnement de qualité, elles peuvent diriger vers des sources de financement exclusives aux coopératives comme les prêts de la Caisse d’économie solidaire ou le Réseau d’investissement social du Québec. »

Existe-t-il une personnalité propice au démarrage d’une coopérative?

Selon Myriam Michaud, pour démarrer une coopérative, il faut posséder les qualités de base de l’entrepreneur, mais avec un talent particulièrement élevé pour le travail collectif. Il faut être guidée principalement par le désir de rendre un service à une communauté et être capable de « penser au nous », de se mettre de côté lorsque cela est nécessaire.

Bref, il faut aimer aider.

Le blogue Acomba regorge d'articles sur les affaires, les TI et la gestion d’entreprise.
Abonnez-vous pour ne rien manquer!

Je suis déjà inscrit

Avec la participation de

Myriam Michaud
Entrepreneuse en milieu coopérative et chercheure pour la CLE COOP.
www.fcdrq.coop